Cabinet de psychothérapie à Paris 10ème

« L’important n’est pas ce qu’on a fait de nous, mais ce que nous faisons

nous-même de ce qu’on a fait de nous. »   Jean-Paul Sartre

 

matisse collage.png

Commencer un travail sur soi est une démarche courageuse. Il s’agit du premier pas, essentiel, dans votre volonté de changement. Lors de nos entretiens, en face à face, je vous invite à parler de vous, sans vous censurer, à dire ce qui vient spontanément, vos problèmes, vos ressentis, vos rêves, vos émotions, vos questionnements. Je vous écoute, observe les silences, les répétitions, votre langage corporel, la façon dont vous évitez certaines choses, dont vous vous focalisez sur d’autres… C’est en prenant conscience de ces différentes manifestations, vos paroles conscientes autant que ce qui vous échappe, que petit à petit vous avancez dans l’identification de votre monde intérieur, de vos souffrances et de vos désirs véritables. Ce travail commun vous amènera à une meilleure conscience de vous et vous permettra de réorganiser votre vie en fonction de vos priorités intimes.

QUI SUIS-JE ?

Je pratique la psychothérapie par la parole, avec également une grande attention portée au corps. Formée à la psychanalyse « intégrative », je refuse les approches dogmatiques et préfère m’ adapter aux besoins uniques de chaque patient.

Formée en psychologie, psychothérapie humaniste, psychanalyse intégrative, et psychogénéalogie, Je peux vous recevoir en thérapie individuelle ou thérapie de couple.

 POURQUOI UNE PSYCHOTHÉRAPIE ?

-Anxiété, angoisse, dépression, ou simple mal-être

-Rupture amoureuse

-Deuil

-Traumatisme

-Crise professionnelle

-Conflits familiaux

-Difficultés dans vos relations avec les autres…

Il n’est pas forcément nécessaire de connaître la nature précise de votre demande. Dans tous les cas de souffrance ou de simple questionnement, la psychothérapie vous aidera à donner un sens à vos émotions et à développer vos propres solutions.

JE VOUS REÇOIS SUR RENDEZ-VOUS

cabinet 3

 

Les séances durent 45mn. Le rythme sera déterminé en fonction des besoins du patient, toutefois il est le plus souvent hebdomadaire. Mon tarif est déterminé en fonction de vos revenus.

 

 

 

 

Le cabinet : psychothérapie

Tel : 01 43 49 66 03 – 06 88 22 65 25

Calendrier-AEFL-séminaire-2010-2011-2.bmpJe vous reçois sur rendez-vous.

En cas de situation particulière (maladie invalidante, difficulté physique à se déplacer…), je peux également effectuer des consultations à domicile.

Les séances durent 45mn. Le rythme sera déterminé en fonction des besoins du patient, toutefois il est le plus souvent hebdomadaire.

Première consultation

Lors de la première rencontre, nous prenons un peu plus de temps, environ une heure, afin de bien cerner vos attentes et de mettre en place, ensemble, un fonctionnement qui vous convienne. Cette première consultation permet notamment de discuter du prix des séances à venir, en fonction de vos revenus.

 


Agrandir le plan

Qui suis-je ?

 

marie-FB-300x214

Je suis une psychanalyste « intégrative ». Le mot paraît barbare, la pratique ne l’est pas. Il s’agit d’articuler, d' »intégrer », différentes approches pour prendre en compte, tout ensemble, corps, émotions, pensée et inconscient. Et du même coup, sortir des chapelles idéologiques. Question de bon sens, finalement.

La psychanalyse intégrative prend donc des formes bien différentes selon la personnalité du praticien. En ce qui me concerne, je me fonde surtout sur la psychothérapie par la parole, avec une grande attention portée au corps, tout aussi « parlant ». Je m’appuie sur les théories de la psychanalyse (inconscient, transfert…) autant que sur les principes de la psychologie humaniste (l’ « ici et maintenant », la non directivité des entretiens, la relation du corps et des émotions…). Le divan n’est donc pas un passage obligé.

Je me réfère au code déontologique de la SFPI (Société française de psychanalyse intégrative) qui inclut, entre autres, le respect de la personne et de sa liberté de pensée, l’interdit d’abus de pouvoir et d’influence, et la clarté des informations sur la durée, la fréquence et le tarif des séances. Il soumet le praticien à une stricte confidentialité.

J’ai été formée à la NFL, école de « psychanalyse intégrative » qui, comme le nom de cette discipline l’indique, refuse toute approche dogmatique et « intègre » différents courants, comme la bioénergie, la gestalt, l’analyse transactionnelle…

Je suis également formée à la psychogénéalogie, c’est à dire l’étude de l’arbre généalogique pour aborder et traiter des problématiques autant familiales que personnelles. Il s’agit d’un outil puissant, que j’utilise en consultation spécifique, ou que j’intègre au besoin dans une psychothérapie analytique.

Passionnée par Irvin Yalom, Donald Winnicott, Alice Miller, Karl Gustav Jung, Sigmund Freud, et encore quelques autres, je m’applique à ne suivre aucune théorie en particulier pour m’adapter aux besoins uniques de chaque patient, convaincue que, comme l’affirme Yalom, « c’est la relation qui soigne », et non pas les principes qui la sous-tendent.

                                                                                                   
Membre de la SFPI 
Membre de l’APG (Association des professionnels de Généapsy)
                                                                                                   

 

FORMATION 
-NFL (Psychanalyse intégrative)
http://www.nflpsy.fr/accueil1/index.html
-Généapsy (psychogénéalogie)
http://www.geneapsy.com/
-Séminaires psychanalytiques de Paris (Juan David Nasio)
-Université Paris 8 (psychologie)
-Université Lyon 2 (psychologie, cycle FPP) 

 

Ma formation est aussi faite d’un travail analytique personnel approfondi, indispensable à la fonction de psychanalyste. Une expérience intime, aussi capitale que l’apprentissage des concepts théoriques et de la technique.

 

 

 

Le Café Psy

portrait cafe psy

Un jeudi par mois, j’anime Le Café Psy avec la psychanalyste Christine Jacquinot

Retrouvez les compte-rendus du Café Psy sur le blog, et les informations pour les soirées à venir sur notre site lecafepsy.org et sur Facebook

Ni conférence, ni groupe de thérapie, Le Café Psy est un lieu d’échanges autour de la psychanalyse et de la psychothérapie.

Chaque soirée est consacrée à un thème spécifique qui permet aux participants de partager leurs pensées, leurs questions, leur vécu et leurs expériences avec le groupe et les animatrices.

Pour des débats fluides et riches, nous vous inviterons à :

Utiliser le « je » plutôt que le « on » ou le « tu »
Vous mettre à l’écoute, tant de vous-même que d’autrui, sans jugement
Respecter la parole de l’autre sans l’interrompre
Prendre la responsabilité de votre expression comme de votre silence
• Veiller à la confidentialité des propos de chacun.

 Entrée libre. Vous pourrez dîner ou boire un verre. 

Même si elle n’est pas obligatoire, une consommation est la bienvenue pour remercier Eusebio qui nous accueille. 

Café restaurant BOCATA
31 rue Milton 75009 Paris
tel : 01 40 16 82 85
Vous pouvez confirmer votre présence sur Facebook ou par mail :
contact@lecafepsy.org

Déontologie

 

éthique enfantLa Société Française de Psychanalyse Intégrative® (SFPI) est une association qui regroupe des psychanalystes partageant les mêmes convictions sur les plans théorique et clinique. Elle intègre deux grands courants, les psychanalyses et psychothérapies relationnelles (incluant les thérapies émotionnelles, corporelles et existentielles), ainsi que les apports des sciences qui permettent de mieux appréhender la complexité de l’être humain.

Ses principes en sont : reconnaissance de l’inconscient, relation thérapeutique dans le transfert, adaptation de la technique et du cadre selon la personnalité du patient, sa régression et le déroulement du processus thérapeutique.

En tant que membre de la SFPI (adhésion en cours), je me réfère à son code de déontologie qui inclut, entre autres, le respect de la personne et de sa liberté de pensée, interdit l’abus de pouvoir et d’influence, et commande la clarté des informations sur la durée, la fréquence et le tarif des séances. Il soumet le praticien à une stricte confidentialité ainsi qu’à une supervision.

Vous pouvez lire ce code de déontologie dans son intégralité ci-dessous :

1.1 But de la Psychanalyse Intégrative

La Psychanalyse Intégrative a pour but de conduire un processus psychothérapeutique visant à diminuer la souffrance du patient, à rétablir sa santé psychique et à favoriser son autonomie et son épanouissement.

1.2 Principes de la Psychanalyse Intégrative

– Reconnaissance de l’inconscient,

– Travail dans la relation de transfert,

– Techniques adaptées à la personnalité du patient, à sa régression et au déroulement du processus thérapeutique. Le psychanalyste intégratif peut en particulier faire appel à des techniques de travail émotionnel ou psycho-corporel.

1.3 Objectifs du code de déontologie

Le code de déontologie de la Société Française de Psychanalyse Intégrative vise à protéger le patient et sert de :

– Règles de conduite à ses membres

– De référence en cas de plainte

Ces règles s’appliquent à tous les membres : praticiens adhérents, praticiens agréés, didacticiens agréés, membres associés, membres d’honneur.

Ethique

2.1 Un fondement : la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme

L’éthique du psychanalyste intégratif se réfère aux principes généraux et valeurs de la déclaration universelle des droits de l’homme, particulièrement en termes de dignité, liberté, protection.

2.2 Interdit d’abus de pouvoir et de passage à l’acte

Le psychanalyste intégratif est garant du bon usage de la relation transférentielle. Il s’interdira tout abus de pouvoir et de passage à l’acte vis-à-vis du patient.

2.3 Interdit d’abus d’influence et préservation de la liberté de pensée

Le psychanalyste intégratif n’a pas le droit d’influencer son patient pour le faire adhérer à un système idéologique, à une confession religieuse ou à un parti politique.

Il ne peut exercer sa profession s’il appartient ou est sous la tutelle d’un mouvement susceptible d’entraver sa liberté de pensée ou de pratique.2.4 Responsabilité du psychanalyste intégratif

Vis-à-vis du patient : la responsabilité du psychanalyste intégratif est engagée dès qu’il y a mise en relation occasionnelle ou régulière avec un patient.

Vis-à-vis de ses collègues et partenaires : le psychanalyste intégratif a le souci de développer un travail en réseau avec ses collègues et partenaires, sous réserve de l’autorisation du patient.

Vis-à-vis des traitements médicaux : conscient de la spécificité de la Psychanalyse Intégrative et de celle de la médecine, le psychanalyste intégratif invite son patient à s’entourer des garanties de cette dernière. Il est respectueux des traitements du patient.

2.5 Formation initiale et continue

Le psychanalyste intégratif a lui-même effectué un travail personnel intégrant plusieurs approches psychanalytiques et psychothérapeutiques.

La formation est un élément essentiel à l’exercice professionnel de la Psychanalyse Intégrative et ce, durant toute la durée de la pratique professionnelle. Au terme de son cursus de formation initiale, le psychanalyste intégratif reprendra à son propre compte l’exigence de poursuite de la formation.

2.6 Obligation de supervision

La supervision régulière du psychanalyste intégratif est une garantie du respect des points précédents.

Droits et devoirs du psychanalyste intégratif vis-à-vis des patients

3.1 Respect de la législation

Le psychanalyste intégratif exerce son activité en conformité avec la législation professionnelle en vigueur.

3.2 Liberté d’engagement du psychanalyste

Le psychanalyste intégratif n’est jamais tenu de s’engager dans un travail thérapeutique Avec un patient. S’il ne souhaite ou ne peut pas entreprendre lui–‐même un travail avec un patient, il s’engage à fournir à celui-ci le nom de confrères. Lors des entretiens préliminaires il vérifie si des relations antérieures ou prévisibles avec le patient ou son entourage ne font pas obstacle au travail.

3.3 Liberté d’interruption du travail thérapeutique par le psychanalyste intégratif

Le psychanalyste intégratif se réserve la possibilité d’interrompre le travail thérapeutique si le patient commet un acte qui va à l’encontre du respect de sa personne ou du cadre convenu pour le travail thérapeutique.

Il s’engage à ne pas poursuivre son exercice professionnel si son état physique et /ou psychique est, de manière régulière, gravement atteint. Dans ce cas, il fournira à son patient les coordonnées de confrères qui pourront assurer la continuité du travail.

3.4 Clarté des informations données au patient

Le psychanalyste intégratif donne au patient des informations précises et claires sur :

– La durée et fréquence des séances,

– Les honoraires,

– Le règlement des séances manquées,

– Les conditions d’annulation d’une séance,

– Les conditions d’arrêt du travail thérapeutique,

– L’obligation pour le patient de se rendre aux séances dans son état normal (pas de drogue ni d’alcool par exemple),

– Les règles de non passage à l’acte sexuel ou violent sur les personnes et les biens. S’ensuit un engagement réciproque tenant compte des possibilités et des obligations des deux parties (avec possibilité de changement en cours de travail).

3.5 Méthodes pratiquées

Le psychanalyste intégratif s’engage à ne pratiquer que des méthodes reposant sur des connaissances, une compétence et une expérience suffisante.

Le psychanalyste intégratif ne fera pas état de qualifications qu’il ne possède pas.

3.6 Devoir de réserve durant et après le travail thérapeutique

Le psychanalyste intégratif observera une grande réserve et discrétion pendant toute la durée du travail thérapeutique et après la fin de ce travail dans les relations sociales avec le patient et ses proches.

En cas de travail thérapeutique avec un enfant une vigilance particulière est nécessaire dans les relations avec les parents afin de garder le travail avec l’enfant comme objectif central.

3.7 Secret professionnel

Le psychanalyste intégratif s’engage à préserver l’anonymat du patient, nécessaire à la relation de confiance, et à sauvegarder le caractère intime de la relation transférentielle.

Cette exigence de secret est à maintenir au-delà de la mort du patient comme du psychanalyste. Ce dernier doit notamment prévoir le devenir de ses notes personnelles.

La règle du secret professionnel s’exerce dans le respect de la Loi.

3.8 Contact avec des tiers

Toutefois, dans l’intérêt du patient et avec son consentement, le psychanalyste intégratif peut prendre contact avec un interlocuteur tiers (collègues, médecin traitant, …).

Dans le cas particulier des enfants et des adolescents, les modalités de contact avec un tiers, parents ou tuteurs par exemple, sont à préciser lors des entretiens préliminaires.

3.9 Rapports d’argent

Les rapports d’argent entre le psychanalyste intégratif et le patient sont limités aux honoraires professionnels.

Travail thérapeutique de/en groupe

Les règles applicables aux séances individuelles s’appliquent pour le travail de/en groupe.

Sont étendues à l’ensemble des participants :

– L’interdiction de passage à l’acte sexuel entre les participants et tout acte physique dommageable aux personnes et aux biens,

– L’obligation pour tous les participants (psychanalystes comme patients) de secret quant à l’identité des participants et de discrétion sur le déroulement des séances.

Psychanalyste intégratif en position de formateur/superviseur

Le psychanalyste intégratif respectera le code déontologique dans ses activités professionnelles d’enseignement et de supervision. L’ensemble des règles édictées ci-dessus s’appliquent donc par analogie aux rapports entre formateurs et élèves ou entre superviseurs et supervisés.

 Ainsi le psychanalyste intégratif en position de formateur/superviseur s’engage à ne pas tirer avantage de sa position d’autorité vis-à-vis d’une personne dont il est le formateur/superviseur, en particulier en engageant une relation de nature sexuelle ou financière abusive.

Travaux de recherche, communication et publications

Afin de promouvoir l’évolution scientifique de la Psychanalyse Intégrative, le psychanalyste intégratif collaborera, dans la mesure du possible, à des travaux de recherche entrepris dans ce sens.

Les mêmes principes déontologiques que précédemment s’appliquent dans ce cadre, les intérêts du patient restant toujours prioritaires.

6.1 Mesure des répercussions sur le patient

Avant toute publication ou communication il est indispensable que le psychanalyste intégratif mesure les répercussions sur le patient lui-même d’une communication écrite ou orale le concernant.

6.2 Autorisation du patient

Le psychanalyste intégratif demandera l’autorisation du patient avant toute communication ou publication le concernant.

Si le patient fait la demande expresse que son matériel ne soit ni utilisé ni publié, cette demande sera respectée.

6.3 Respect de l’anonymat

Le psychanalyste intégratif respectera impérativement l’anonymat du patient et s’exprimera avec une extrême prudence pour éviter tout risque de reconnaissance par autrui.

6.4 Position de réserve

Le psychanalyste intégratif n’utilisera pas ses patients à des fins médiatiques.

Toute communication ou publication sera faite dans une position de réserve et de décence sur la personnalité du patient, la nature des soins et les résultats escomptés de la thérapie.

Le psychanalyste intégratif n’utilisera pas sa position de membre de la Société Française de Psychanalyse Intégrative à des fins abusives ou susceptibles de nuire à celle-ci.

Infraction au code de déontologie

 7.1 Rôle de la commission de déontologie

La commission de déontologie a, en matière de déontologie, un rôle :

– D’information,

– De prévention,

– De conseil,

– D’examen des requêtes.

 7.2 Manquement aux règles déontologiques

Sur demande de l’intéressé, plainte interne ou externe, la commission de déontologie est à la disposition du psychanalyste intégratif ou du plaignant pour examiner cette plainte.

Qu’est-ce qu’une psychothérapie ?

« Nous sommes des êtres de parole » Françoise Dolto

 

picasso bleu

Comment ça se passe ? Dès le premier entretien, nous définissons ensemble la fréquence, le tarif, et le cadre thérapeutique de nos rencontres, ainsi que la nature de notre engagement mutuel et les modalités d’arrêt de la thérapie. Il s’agit d’une sorte de contrat qui vous permettra de vous livrer en confiance, car il définit le champ des possibles et pose les limites. Un peu comme les repères que donnent les parents aux enfants qui, grâce à cela, peuvent faire leurs expériences en se sentant en sécurité.

Lors de nos entretiens, en face à face, je vous invite à parler de vous, sans vous censurer, à dire ce qui vient spontanément, vos problèmes, vos ressentis, vos rêves, vos émotions, vos questionnements. Je vous écoute, observe les silences, les répétitions, votre langage corporel, la façon dont vous évitez certaines choses, dont vous vous focalisez sur d’autres… C’est en prenant conscience de ces différentes manifestations, vos paroles conscientes autant que ce qui vous échappe, que petit à petit vous avancez dans l’identification de votre monde intérieur, de vos souffrances et de vos désirs véritables. Ce travail commun vous amènera à une meilleure conscience de vous et vous permettra de réorganiser votre vie en fonction de vos priorités intimes.

Ce que je ne fais pas. Je ne vous juge pas, je ne vous donne pas de conseils, je ne dirige pas votre vie ni votre mode de pensée. Je ne vous influence pas dans vos choix. Vos décisions restent les vôtres. Quelles qu’elles soient, dans la limite de la loi, de votre sécurité et de celles des autres, je reste à vos côtés.